Marie Bashkirtseff

 

par Madeleine Zillhardt

 

Marie Bashkirtseff

 

"L'arrivée de la superbe Marie Bashkirtseff, suivie de son nègre et de son chien parmi les travailleuses peu fortunées de l'Atelier Julian, fit sensation.
Cette fastueuse Russe, qui adorait se costumer, portait à l'atelier une modeste robe d'alpaga noir, toute simplette, assez ajustée pour laisser deviner les formes pures d'un buste aux seins petits et bien placés et moulait une croupe abondante, dont la taille fine et serrée faisait ressortir l'ampleur. Ses cheveux blonds, simplement tordus et retenus sur le front par un petit peigne, étaient coupés sur le front, à la chien. Son visage n'avait rien de classique, le bout de son petit nez, aux narines largement ouvertes, et les pommettes saillantes accusaient ses origines asiatiques, mais le charme de son sourire, qui creusait une ravissante fossette dans sa joue fraîche et enfantine, était irrésistible.

Autoritaire à l'excès, le moindre obstacle à sa volonté la jetait dans des colères folles, déconcertantes de brutalité, qu'elle savait faire oublier par cette grâce féline et enveloppante d'une indéfinissable séduction dont les Slaves ont le secret.

Marie Bashkirtseff avait des façons qui semblaient parfois bien étranges. (...) Un après-midi, Breslau et son amie Schoeppi étaient allées avec Mousse, comme elles appelaient familièrement Marie Bashkirtseff, faire un tour au musée du Louvre.
Celle-ci les ramena dans sa chambre où, à leur grande stupéfaction, elle se dévêtit complètement et se campa devant elles en disant :
- Comment me trouvez-vous ? Ne suis-je pas aussi bien faite que ces statues que nous venons d'admirer?

A quoi Breslau railleuse, après l'avoir fait tourner de tous les côtés et regardée attentivement, répondit :
- Oui, le haut n'est pas mal, mais le bas est trop gros!

Dépitée par ce jugement dénué de flatterie, elle resta un moment silencieuse, puis s'écria :
- Eh bien! le haut sera pour les artistes et le bas pour les gens du monde! (...)

Marie Bashkirtseff n'avait pas sur la pudeur les mêmes idées que nous (...) elle n'avait aucun doute sur la perfection de son corps et n'éprouvait aucune gêne à le montrer sans voile.
Des voisins à Nice l'ayant fait prier de fermer les fenêtres de sa chambre, où elle avait coutume de se promener entièrement nue, elle répondit sans s'émouvoir : « Je les trouve bien étonnants de se plaindre! Que leur faut-il donc ? » Je dois ajouter que, malgré ces allures, exceptionnelles pour l'époque, nul ne mit jamais en doute la pureté de ses mœurs.

Madeleine Zillhardt, Louise-Catherine Breslau et ses amis, Editions des Portiques, Paris, 1932

Page de Marie Bashkirtseff Marie Bashkirtseff par Louise-Catherine Breslau