Tamara de Lempicka

Tamara de Lempicka
 

 

1898 - 1980

Tamara Gorska est née le 16 mai 1898, à Varsovie. Fille d'un avocat, elle évolue dans un milieu plus qu'aisé entre Saint-Pétersbourg et les grandes villes d'eaux européennes.
En 1910 sa mère commande un portrait de sa fille, Tamara a les sessions en horreur et n'aime pas le résultat. Convaincue qu'elle sait faire mieux, elle force sa soeur Adrienne à poser pour elle... et est très satisfaite du résultat. L'école l'ennuie et elle feint être malade. Elle parvient à tromper son entourage et on la retire de l'école. Ceci lui permet d'accompagner sa grand mère en Italie. En 1914 Tamara suit des cours à Lausanne. Pour manifester son désaccord avec le deuxième mariage de sa mère, elle refuse de retourner chez sa mère pendant les vacances d'été. Au lieu de cela elle passe l'été à Saint-Pétersbourg chez sa tante Stefa. Elle s'éprend de Tadeusz Lempicki, un jeune avocat qu'elle épouse en 1916. Malgré la Révolution et la misère qui les entoure, les Lempicki continuent leur vie de luxe. Tadeusz est arrêté par la Tcheka mais Tamara obtient sa libération grâce à l'intervention du consul de Suède. Suite à cela le couple s'installe à Copenhague puis émigre vers Paris. Son mari supporte mal d'avoir perdu sa vie privilégiée et refuse de travailler. Ils ont une fille Kizette mais le couple bat de l'aile. Tamara décide alors d'entamer une carrière de peintre pour subvenir aux besoins du ménage. En 1920 elle suit des cours de peinture à l'Académie de la Grande Chaumière - entre autre chez André Lhote et de Maurice Denis. Pendant cette période elle réalise des natures mortes et des portraits de sa fille et de son amie Ira Ponte, duchesse de Valmy.
Autant passionnée par le cubisme que par la peinture d'Ingres ou encore celle de Pontormo dont elle part copier les oeuvres en Italie, Tamara a son style à elle, tout à la fois décoratif, sensuel et sculptural, dès 1922, date à laquelle elle présente un portrait au salon d'Automne. Le succès ne tarde pas et lui permet de reprendre sa vie luxueuse. Elle immortalise la bohème parisienne de son temps : André Gide, Suzy Solidor, de riches industriels, des princes russes émigrés, etc. Elle fréquente Paul Poiret ou encore Georges Braque.
Les peintures de Tamara de Lempicka frisent régulièrement le scandale : ses personnages féminins sont souvent garçonnes et équivoques.
Elle divorce en 1928 pour se remarier, en 1933, avec le Baron Raoul Kuffner. Avec son nouveau statut social la peinture n'est plus une nécessité pour vivre aisément et elle perd de vue le monde artistique qui évolue. Fuyant la guerre, elle s'installe aux États-Unis.

Jusqu'alors la production de Tamara de Lempicka a été très uniforme. Ses tableaux sont tellement reconnaissables et totalement en phase avec ces années folles de l'entre-deux-guerres. Elle dit elle-même : " Je veux qu'au milieu de cent autres, on remarque une de mes œuvres au premier coup d'œil ". Quand vers 1930 le style art déco se démode elle tentera de façon peu convaincante d'adapter sa production au goût du jour, mais le monde a changé. Elle est de plus en plus en porte-à-faux avec le monde de l'art et ne connaîtra plus jamais le même succès. Elle est complètement oubliée jusqu'à ce que la mode Art-déco, dans les années 1970, fasse resurgir son nom.

   Retour aux peintres du XXe siècle

 

 
Tamara de Lempicka - Portrait de Ira Ponte Tamara de Lempicka - LA belle Rafaëla Tamara de Lempicka - Kizette au balcon
 

Portrait de Ira Ponte
1930
Huile sur paneau - 99 x 65 cm
Collection particulière

  La Belle Rafaëla
1927
Huile sur toile - 38 x 61 cm
Collection particulière
  Kizette au balcon
1927
Huile sur toile - 130 x 81 cm
Musée National d'Art Moderne - Paris
Tamara de Lempicka - Portrait du prince Eristoff Tamara de Lempicka - Deux filles Tamara de Lempicka - Paysage surréaliste
 

Portrait du Prince Eristoff
1925
Huile sur toile - 65 x 92 cm
Collection particulière

  Deux filles
1928
Huile sur toile - 126 x 82 cm
Collection particulière
  Paysage surréaliste
vers 1947
Huile sur toile - 34,3 x 26,7 cm
Collection particulière