Marie-Anne Camax-Zoegger

Marie-Anne Camax-Zoegger - Fantaisie

Fantaisie
1927
Musée Eugène Boudin, Honfleur

Après la mort de son père, alors qu'elle n'avait que quatre ans, l'ami de son père, Jean-Jacques Henner, encouragea les dons artistiques de la petite fille. Marie-Anne Zoegger entra dans l’atelier de Ferdinand Humbert à l'École des beaux-arts de Paris tout juste ouverte aux jeunes filles. Sa première participation au Salon de la Société nationale des beaux-arts date de 1909. En 1910, elle épousa Alfred Camax dont la situation sociale et financière lui permit de se consacrer à son art. Admise à la Société Nationale des Beaux-Arts en 1922, elle vendait ses œuvres à l’État pour des musées comme le Luxembourg et le Petit Palais, pour décorer mairies et préfectures, et même le palais de l’Élysée, elle exposait aussi régulièrement au Salon des Indépendants et à celui des Tuileries. Décidée à faire reconnaître le travail artistique des femmes à l'égal de celui des hommes, elle fonda en 1930, la Société des Femmes Artistes Modernes dont le salon se tenait chaque année, de 1931 à 1938 dans des lieux différents.

Fermer ou index illustré