Henriette Browne

Henriette Browne - Une prisonnière greque

Une prisonnière greque

1863

Huile sur toile - 92 x 73 cm

Tate Gallery

Soucieuse de séparer son travail de peintre de son rôle d’épouse de diplomate, Sophie Bouteiller, née à Paris, prit le pseudonyme de Henriette Browne. Ses nombreux voyages en compagnie de son époux nourrissaient son inspiration : elle peignait aussi bien des scènes religieuses qui évoquent le rôle civilisateur et missionnaire des Occidentaux que des harems, des danseuses orientales ou des portraits de femmes « exotiques ». Browne débuta au Salon de 1853, mais c’est en 1861 qu’elle devint célèbre en exposant un harem.

Fermer ou index illustré