Rachel Ruysch

Godfried Schalcken - Portrait de Rachel Ruysch (détail)

Portrait de Rachel Ruysch (partie)
Godfried Schalcken
Cheltenham Art Gallery and Museum - Royaume-Uni

Pays-Bas, 1664-1750

Rachel Ruysch naît à La Haie en 1664. Son père, Frederik Ruysch, était un professeur d'anatomie et de botanique réputé. Sa mère, Maria Post, est la fille de l'architecte Pieter Post, qui construisit la Maison royale à La Haye, dont le frère est le peintre paysagiste Frans Post. Ses oncles Jan et Maurits Post pratiquent également le dessin et la peinture. Son père aussi est un dessinateur de talent qui dessine lui-même ses préparatifs pour illustrer ses publications scientifiques. Il s’adonne également à la peinture en prenant comme sujet les objets qu'il collectionnait : les insectes et reptiles au milieu des plantes et des arbres.

Sa sœur, Anna Élisabeth, naît deux ans plus tard. Elle s'essaiera également à la peinture de compositions florales et de natures mortes, mais ne connaîtra jamais le même succès que Rachel.

Quand Rachel a trois ans son père est nommé à Athenaeum Illustre, un célèbre collège humaniste précurseur de l'université d'Amsterdam, la famille déménage vers Amsterdam. Le père de Rachel y crée un cabinet de curiosités sur lequel il publie plusieurs ouvrages. Ce cabinet rend son père célèbre dans le milieu grâce à sa méthode de préparation qui donne à l’anatomie un aspect acceptable aux yeux des profanes. En effet, il sait embaumer les corps d’enfants de telle manière que ces petits êtres semblaient juste endormis. Il exposait ses préparations aux côtés de plusieurs autres ‘curiosités’, parmi lesquelles toute sorte d’insectes et de plantes rares. Sa collection devient une des attractions touristiques d’Amsterdam. Les visiteurs peuvent y admirer ses compositions, où des petits squelettes de fœtus placés sur un rocher fait de calculs rénaux et urinaires, interprètent une scène allégorique au milieu de vaisseaux sanguins gonflés pour ressembler à de petits arbres.

Rachel passe son enfance à Amsterdam. À quatorze ans, Rachel Ruysch peint les animaux et les plantes avec tant d’enthousiasme, d’aisance et de précision que ses parents lui donnent l'autorisation de suivre une formation chez le peintre Willem van Aelst, chose alors inhabituelle pour une fille.

Comme son père, elle travaille avec une grande précision et subtilité. Après avoir peint les grandes lignes d'une composition et une fois la peinture sèche, Rachel prend un pinceau très fin pour ajouter des insectes, des brins d'herbe et des petites fleurs, cherchant à faire une reproduction aussi fidèle que possible de ses sujets

En 1693 elle se marie avec le peintre portraitiste Jurriaen Pool avec qui elle aura dix enfants tout en poursuivant sa carrière. En 1701, la famille s'installe à La Haye. Elle et son mari deviennent membres de la guilde des peintres de la ville de La Haye. Rachel est la première femme à être acceptée dans cette confrérie. Tous les deux travaillent essentiellement pour la Cour Royale.

En 1708, ils sont tous les deux engagés à Düsseldorf comme peintres à la cour de l'Électeur Palatin Johann Wilhelm, qui jusqu'à sa mort en 1716, acquiert toute leur production. Devenue mère d'une famille nombreuse, Rachel est réticente à l’idée d’aller vivre à Düsseldorf. Elle est alors exemptée de l'obligation de vivre à la cour pour laquelle elle travaille. Elle se rend donc régulièrement à Düsseldorf, mais reste habiter à Amsterdam.

Après la mort de Johann Wilhelm, Rachel continue à peindre pour une clientèle privée et nombreuse, mais son mari abandonne apparemment la peinture pour se lancer dans le commerce de la dentelle (Michaud et E. Desplaces, Biographie universelle, ancienne et moderne, ouvrage rédigé par une société de gens de lettres,1843 et Pierre-Marie Gault de Saint-Germain, Guide des amateurs de tableaux, pour les écoles allemandes, flamandes et hollandaises, J. Renouard, 1841)

Le réalisme, la précision et la délicatesse qu’elle donne à ses natures mortes de fleurs et de fruits ont quelque chose d’extraordinaire et de vivant dans la mise en scène. Elle leur ajoute souvent un détail qui change tout, un escargot, une guêpe, un papillon. Sur un arrière-plan qui est généralement très sombre, le sujet est mis en lumière.

En 1745 elle perd son mari. Cinq ans plus tard, Rachel Ruysch, décède à son tour, le 12 août 1750 à Amsterdam, à l’âge de quatre-vingt-six ans.

Aux XVIe et XVIIe siècles, la cour est le lieu idéal pour qu'une femme cultive ses ambitions artistiques et Rachel Ruysch est une des nombreuses femmes qui ont eu ce privilège. Les sommes qu'elle recevait en payement pour certains de ses tableaux surpassent les prix qu'obtenait Rembrandt pour son travail.

 Retour aux peintres du Moyen-Âge au XVIIIe siècle


 

Rachel Ruysch - Nature morte avec fleurs, insectes et limace Rachel Ruysch - Nature morte avec fleurs sur une table en marbre

Nature morte avec fleurs, insectes et limace
huile sur toile, 76,9 x 63,5 cm
The Fitzwilliam Museum, Cambridge

Nature morte avec fleurs sur une table en marbre
1716
huile sur toile, 48,5 x 39,5 cm
Rijksmuseum Amsterdam

Lien :

Rachel Ruysch : la Grande Dame des natures mortes de fleurs article bien documenté du site lajoiedesfleurs.fr